Brunch « Médecine personnalisée et lutte contre les maladies du vieillissement »


Introduction

A l’occasion de la journée de lancement Lorraine Université d’excellence, le 29 septembre à la Faculté des Sciences et Technologies de Nancy, le brunch – défi « santé » a permis d’aborder l’étude H2020 « FrailSafe » (détection fragilité sur les personnes âgées grâce à des outils connectés), la FHU CARTAGE, la recherche en imagerie, la question des plateformes numériques de services intégrés (ONPA) ainsi que l’appartement intelligent (LORIA).

Contexte global

Depuis la loi « Hôpital, Santé, Patients et Territoire » (HPST) de 2009, la démarche de santé dans les territoires repose désormais sur un diagnostic global et transversal focalisé sur le parcours de santé et d’accompagnement de la personne aux différents âges de la vie. Cette approche de transversalité et de parcours de santé ont été étudiées sur cinq domaines thématiques : − Le handicap et vieillissement, − Les maladies chroniques, − La santé mentale, − La périnatalité, l’enfance et l’adolescence, − Les risques sanitaires.

En Lorraine, le projet stratégique régional de santé identifie des priorités qui se déclinent dans les schémas d’organisation sectoriels (prévention et promotion de la santé ; organisation des soins ambulatoires et hospitaliers ; organisation des accompagnements et soins médico-sociaux). Quatre priorités régionales ont été identifiées :

– Priorité 1 : Agir sur les principales causes de mortalité notamment prématurée en lorraine : les tumeurs, les maladies cardio-neurovasculaires, les maladies respiratoires et le suicide.

– Priorité 2 : Réduire les inégalités d’accès à la santé en lien avec les partenaires de l’Agence Régionale de Santé Grand Est.

– Priorité 3 : Maintenir et développer l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.

– Priorité 4 : Promouvoir une organisation régionale de santé de qualité et efficiente : la « juste prestation » et le « bon soin au bon moment ».

 

Les forces en présence sur le territoire

Le territoire lorrain dispose de nombreuses structures de soins en cours d’adaptation aux nouveaux enjeux de santé. Depuis 2013, le programme « Territoire de soins numérique » favorise l’émergence de « territoires d’excellence », pilotes en matière d’usage du numérique, au service de la modernisation du système de soins en vue d’une amélioration d’une prise en charge des patients.

Le système de soins lorrain bénéfice d’un écosystème d’excellence grâce aux acteurs de la recherche académique et du secteur socio-économique qui maillent le territoire. Son positionnement au sein de la Grande Région lui permet également de s’ouvrir vers des partenariats internationaux importants pour sa démarche d’amélioration de la qualité des soins.

Les avancées

  • Projet H2020 « FrailSafe » (détection fragilité de la personne âgée grâce à des outils connectés) : Associer données médicales et technologies pour mesurer l’apparition de la fragilité et la prévenir

 L’étude FrailSafe, financée par l’Union Européenne dans le cadre du programme Horizon 2020 de recherche et d’innovation, a débuté en janvier 2016 et devrait prendre fin en décembre 2018. Son objectif est d’enregistrer via des objets connectées des données sur l’apparition de la fragilité au-delà de 70 ans, afin de la mesurer  est d’en prévenir l’apparition de façon à améliorer la vie quotidienne des personnes, réduire les dépenses de santé liées à ses effets, contribuer à améliorer l’autonomie des personnes âgées dans une logique du « bien vieillir ».

 

Elle coordonne plusieurs équipes de recherche réunies en réseau : grecque, espagnole, italienne, belge, chypriote et française :

Objectifs :

1) Mieux  comprendre la fragilité et sa  relation avec d’autres paramètres de  santé

2) Identifier des indicateurs quantitatifs et qualitatifs de la fragilité basés sur une approche avancée d’exploitation des bases de données médicales, qui permettront  la prédiction à court et à long terme de la fragilité et ses conséquences

3) Développer une plateforme de détection et d’intervention en situation réelle

4) Proposer un modèle numérique de patient sensible à divers paramètres tels que physiologiques, comportementaux et contextuels

5) Créer des recommandations fondées sur des preuves pour prévenir la fragilité au cours du vieillissement

6) Renforcer les activités (cognitives, motrices et autres) «anti-fragilité» en proposant des programmes personnalisés, des alertes, des conseils et des formations

7) Atteindre tous ces objectifs à l’aide d’un système sécurisé, non-invasif, acceptable par et pour la population vieillissante, tout en allégeant le coût des systèmes de santé.

Télécharger la plaquette du projet

 

FHU CARTAGE, le vieillissement cardio-vasculaire et le vieillissement

  • L’Imagerie (IRM/ECG) au service des avancées de la recherche Hospitalo-Universitaire

6 Plateforme d’IRM et système d’imagerie du CHRU de Nancy

La plateforme IRM 3T et système d’imagerie du CHRU de la FR3209 a été créée en 2007. Elle permet l’accès à la communauté scientifique académique et industrielle à l’IRM 3T du CHRU et des autres systèmes d’imagerie du CHRU de Nancy.

Elle propose également de valider et valoriser de nouvelles techniques d’acquisition et de traitement des images en IRM et de nouveaux dispositifs médicaux dédiés à l’environnement IRM. Elle propose aussi un soutien pour la réalisation de protocoles de recherche clinique utilisant l’imagerie (conception, mise en œuvre et traitement des données, gestion des données d’imagerie). Elle propose un accès au système IRM 3T de recherche du CHRU de Nancy pour la réalisation d’études sur objet test, petit animal ou volontaire.

  • Les plateformes numériques de services intégrés se développent pour répondre au besoin de renfort du lien social pour les populations âgées. Il est question de hub social qui relie les communautés humaines, les services et l’internet des objets pour favoriser le bien-vivre à domicile.
  • l’appartement intelligent (LORIA) – Informatique Située – Plate-forme
  • « Appartement intelligent pour l’assistance à la personne »

La Smartroom ou  « appartement intelligent pour l’assistance à la personne » est une plateforme entièrement équipée de nouvelles technologies (exemple : dalles intelligentes) pour favoriser l’autonomie des personnes âgées et handicapées. Les recherches de cette équipe d’environ 27 personnes s’inscrivent dans le domaine de l’intelligence artificielle et portent plus spécifiquement sur la décision séquentielle et/ ou distribuée dans l’incertain et les systèmes multi-agents. Les techniques d’apprentissage automatiques y tiennent une place importante. Trois grands domaines d’application sont abordés par l’équipe : la robotique et par extension les systèmes de transport, la santé et la modélisation du comportement. http://infositu.loria.fr/

Le Brunch Défi Santé

Animé par Athanase Bénétos, professeur de médecine interne et de gériatrie et Laurence Verger, directrice de la communication recherche du CHRU de Nancy, ce brunch a mobilisé de nombreux acteurs (INRIA – ORANGE – Weelcoop – Human Shape – Human Games, URAFPA, URIOPSS, HARMONIC PHARMA, INSERM, SANOFI, MGEN, ONPA, RSV Concept, CRAN, PERSEUS, IJL…). La question centrale dans le contexte de l’essor de la  « silver économie » a été « La conciliation technologie/robotique et  facteur humain : est-elle une utopie ? » Ce fil rouge qui anime les échanges montre qu’il s’agit de conserver une pratique éthique au quotidien et de faire avec les patient(e)s/citoyen(ne)s.

Athanase Bénétos coordonne l’étude FrailSafe pour mesurer chez les plus de 70 ans les signes avant-coureurs de la fragilité liée à l’âge. Les citoyens volontaires vont être équipés d’objets connectés (vêtement, tablette, téléphone,`bracEleu,…) pour enregistrer des données sur leurs comportements. Ces mesures sont essentielles à une meilleure compréhension de cette étape de l’avancée en âge, parallèle à l’apparition de pathologies, afin de pouvoir anticiper cette fragilité voire de la prévenir.

Freddy Odille, chercheur en imagerie médicale au sein du laboratoire Inserm IADI (Imagerie Adaptative Diagnostique et Interventionnelle), a présenté les nouvelles techniques d’imagerie cardiaque et mammaire. Ces technologies au carrefour de plusieurs disciplines de recherche, mettent à contribution des start-up et des industriels et se focalisent sur les dispositifs médicaux d’imagerie en particulier concernant les organes en mouvement et ce pour améliorer les diagnostics et les soins.

François Charpillet, directeur de recherche à l’INRIA et responsable de l’équipe de recherche LARSEN, commune INRIA /LORIA, a témoigné des avancées exponentielles en e-santé et assistance à la personne, notamment l’intelligence artificielle et la robotique. L’objectif est de développer les connaissances et l’apprentissage des robots « tout en gardant les pieds sur terre », c’est-à-dire leur permettre de s’adapter à des environnements complexes prédominés par les signaux humains. Les partenariats avec les professionnels de santé et le monde économique permettent de valider la recherche pour construire et conserver une expertise des systèmes d’analyse.

Céline Bourguignon, directrice de l’URIOPSS a évoqué le projet de plateforme numérique d’assistance aux personnes en perte d’autonomie. Il s’agit de créer des nouveaux environnements pour les personnes en perte d’autonomie en connectant leur domicile à différents réseaux : cercle social, services publics, commerces de proximité, services à domicile. La plus-value serait d’en faire également un outil de sécurité en offrant à l’entourage la possibilité d’être prévenu en cas de « point de rupture » dans le quotidien de l’usager. Un projet issu des réflexions et des constats de la dynamique SAILOR (Santé, Autonomie, Innovation en Lorraine), qui est un espace partenarial multi thématique.

Les communications sur ces progrès ont suscité de nombreuses interrogations et débats notamment sur « La connexion des timings  Industrie – Recherche ».

Diverses idées ont été avancées :

– développer une culture commune et pragmatique entre des acteurs, aux objectifs et aux langages différents, pour concrétiser les projets

– valoriser les partenariats et favoriser la mixité entre les univers médical, industriel et de recherche en santé pour permettre un enrichissement mutuel : confiance, lisibilité et simplicité

– harmoniser les demandes initiales des acteurs via l’expression de leurs besoins, puis impliquer tous les partenaires nécessaires (y compris les utilisateurs)  pour co-construire ensemble

– développer une spirale dynamique vertueuse sur le territoire pour entrer dans la « modernité du grand âge », mieux grandir et vieillir ensemble

Les échanges entre participants se sont poursuivis et de nombreux rendez-vous ont été pris : objectif atteint pour ce brunch – défi « santé ».